Traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS)

De Mediwiki - Wiki des ECN medecine
(Redirigé depuis THS)
Aller à : navigation, rechercher

Ménopause et THS

La ménopause est un processus naturel.

  • plus de 10 millions de femmes sont ménopausées,
  • en 2025, près de 50 % de la population féminine française sera ménopausée,une femme ménopausée sur 2 n’a aucun symptôme climatérique,
  • la ménopause entraîne une accélération transitoire de la perte osseuse.

Le THS associe, chez les femmes non hystérectomisées, un estrogène et un progestatif (ce progestatif étant administré pendant au moins 12 jours par mois).

Le THS est efficace dans :

  • les troubles fonctionnels : troubles vaso-moteurs (bouffées de chaleur, sueurs en particulier nocturnes), troubles trophiques génito-urinaires,
  • la prévention de l’ostéoporose et des fractures, notamment celles du col du fémur.


Le THS n’a pas démontré d’efficacité dans : la prévention des maladies coronaires !

Risques liés au THS

THS en pratique

  • Chez la femme présentant des troubles fonctionnels liés à la carence estrogénique : un THS peut être instauré si la patiente le souhaite, à la dose minimale efficace, tant que durent les symptômes. Dans cette indication, le bénéfice/risque du THS reste favorable à court terme (moins de 5 ans).
  • Chez la femme ménopausée ayant des facteurs de risque d’ostéoporose : que la femme ait des troubles climatériques ou non, un THS peut être administré après recherche de facteurs de risque d’ostéoporose et éventuellement mesure de la densité minérale osseuse (DMO).

Facteurs de risque d’ostéoporose : ménopause précoce ou iatrogéne, antécédents de fractures non traumatiques à l’âge adulte chez la femme ou chez un parent au premier degré, masse adipeuse faible, prise de certains médicaments (glucocorticoïdes), consommation de tabac et d’alcool, déficit en calcium et vitamine D, certaines affections potentiellement inductrices d’ostéoporose (hypogonadisme, hyperthyroïdie, hyperparathyroïdie).

Les traitements alternatifs sont les biphosphonates et le raloxifène.

  • Chez la femme sans trouble fonctionnel et sans facteur de risque d’ostéoporose : le THS ne doit pas être prescrit de manière systématique. Il doit être décidé au cas par cas.

Rappel du bon usage du THS

  • Le traitement est individuel. Le bénéfice/risque doit être établi pour chaque femme et réévalué régulièrement, au moins une fois par an.
  • Le traitement doit être le plus court possible.
  • Nécessité d'un examen clinique et gynécologique complet avec examen des seins (palpation, mammographie, échographie…)
  • Le THS est contre-indiqué en cas de cancer du sein connu ou suspecté, ou d’autres tumeurs estrogéno-dépendantes connues ou suspectées (exemple: cancer de l’endomètre). Le THS est aussi contre indiqué en cas d’accident thromboembolique veineux en évolution, ou d’antécédents thromboemboliques veineux récidivants, ou de maladie thrombotique connue chez une patiente non encore traitée par anticoagulant. En cas de doute, il faudra comme bien souvent évaluer la balance bénéfice/risque.

Source

Mise au point sur le traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS), Afssaps