Spondylodiscite

De Mediwiki - Wiki des ECN medecine
Aller à : navigation, rechercher

La spondylodiscite = infection d'un disque intervertébral et des corps vertébraux adjacents. Urgence médicale qui nécessite une prise en charge rapide et une antibiothérapie longue (6 à 12 semaines).

  • Spondylodiscite : Germe : Staphylocoque >50% des cas !
  • Terrain : homme 50-60 ans.
  • Contamination : directe ou hématogene. Ne pas oublier l'endocardite


Clinique de la spondylodiscite

Douleurs inflammatoires du rachis, aggravées par la mobilisation, avec raideur vertébrale et douleur exquise à la palpation. Les douleurs ne sont pas calmées par le repos et sont d'horaire INFLAMMATOIRE. Les douleurs sont volontiers accompagnées de signes généraux (AEG, fièvre, HLPNN + syndrome inflammatoire biologique).

Examens d'imagerie dans la spondylodiscite

Radiographie : Décalage 3-4 semaines. On recherche :

  • le pincement d'un disque
  • des encoches au niveau des plateaux vertébraux en regard du disque
  • un abcès au niveau des parties molles (image en fuseau)

Scintigraphie : Hyperfixation de 2 plateaux adjacents.


TDM : Erosion de l’angle vertébral. Guide la ponction biopsie. Effectué de façon systématique pour faire le bilan complet des lésions et/ou pour faire une ponction de l'abcès guidée par scanner. On recherche les mêmes signes qu'en radiologie standard.


IRM ++ : Diag tres précoce. Gde valeur localisatrice/ Signal inflammatoire du disque et des plateaux vertébraux adjacents, abces périvertébraux.

Diagnostic de la spondylodiscite

Repose sur l'identification du germe+++++

  • Indirecte : HAA, ECBU, prélèvement d’une porte d’entrée
  • Directe : Ponction biopsie du foyer vertébral.

ATTENTION : cas particulier de la spondylodiscite au BK, on parle alors de Mal de Pott, qui est un foyer secondaire d'une tuberculose active à dissémination hématogène.

Surveillance de la spondylodiscite

  • Clinique : douleur, raideur..
  • Bio : régression du syndrome inflammatoire
  • radio : évolution des lésions, dg différentiel, visualisation succinte des parties molles.

Traitement de la spondylodiscite

  1. ANTIBIOTHERAPIE active sur le germe mis en cause, LONGUE DUREE car nécessité d'une pénétrance osseuse. (8 à 12 semaines)
  2. IMMOBILISATION par corset : clef de voute du ttt ! a visée antalgique et prévention des complications locales. Le corset permet une verticalisation précoce.
  3. Rééducation+++
  4. Chirurgie si complication : décompression médullaire d'une fracture vertébrale pathologique...

Points clés du collège des enseignants : COFER [1]

  1. Les spondylodiscites sont des complications infectieuses, le plus souvent hématogènes, à staphylocoque doré du sujet de la 5 e et 6 e décennie.
  2. Le diagnostic des spondylodiscites est évoqué sur l’association de signes rachidiens et biologiques (CRP et VS élevées) inflammatoires confortés par l’imagerie, surtout l’ IRM.
  3. Le diagnostic des spondylodiscites est confirmé par la mise en évidence de germes par une ponction-biopsie discovertébrale (sauf si le germe est détecté par les hémocultures).
  4. Le traitement des spondylodiscites associe une antibiothérapie adaptée et l’immobilisation. Dans ce cas, l’évolution est souvent favorable.
  5. Ostéite et ostéomyélite sont des infections osseuses :
  • par voie hématogène : l’ostéomyélite ;
  • par voie locale : l’ostéite.
  1. Le germe principal de l’ostéite et de l’ostéomyélite est le staphylocoque doré.
  2. Il existe différents facteurs favorisant l’ostéite et l’ostéomyélite, notamment la présence de matériel étranger.
  3. L’imagerie, en particulier l’ IRM, permet d’évoquer le diagnostic d’ostéite et d’ostéomyélite qui est confirmé par la biopsie osseuse (ou d’un abcès contigu).
  4. Le traitement est médicochirurgical (antibiothérapie).



Généralités en rhumatologie :

  • Toujours spécifier : horaire inflammatoire/mécanique
  • Examen bilatéral et comparatif
  • Ponction si épanchement + analyse bioch, bacterio, cyto et anapath du liquide !!!
  • Toutes nos fiches / nos fiches de rhumatologie