Radiothérapie

De Mediwiki - Wiki des ECN medecine
Aller à : navigation, rechercher

A lire en cancérologie

Dialog-warning.png
Cette page est une ébauche. Elle mérite des améliorations.

Si vous voulez contribuer, cliquez simplement sur l'onglet modifier.
N'hésitez pas à corriger, compléter, modifier !!

Consultez également les autres pages dont le contenu est à réviser.

Qu'est ce que la Radiothérapie ?

La radiothérapie est une méthode de traitement locorégional des cancers, utilisant des radiations pour détruire les cellules cancéreuses en bloquant leur capacité à se multiplier. L'irradiation a pour but de détruire toutes les cellules tumorales tout en épargnant les tissus sains périphériques.

Elle peut être utilisée seule ou associée à la chirurgie et à la chimiothérapie. Ses indications sont liées au type de la tumeur, à sa localisation, à son stade et à l'état général du patient.

Elle peut être faite en ambulatoire, c’est-à-dire sans hospitalisation, car les séances sont de courte durée et les effets secondaires moindres que lors d'une chimiothérapie.

La radiothérapie curative

Comme son nom l'indique, l'objectif est d'irradier toutes les cellules cancéreuses afin d'entraîner le contrôle voire la guérison du cancer. Cela implique l'absence de lésions à distance. Elle est indiquée dans environ la moitié des irradiations. Elle peut être utilisée seule ou en association avec la chirurgie ou la chimiothérapie.

La radiothérapie palliative

L'objectif n'est pas ici de guérir le cancer mais de soulager le patient par de légères doses, permettant d'atténuer la douleur résultant de cancer trop avancé pour être soigné.

Elle s'adresse aux cancers trop évolués localement ou métastatiques.

Le traitement étant palliatif, il doit être de courte durée et peu agressif, pour entraîner le moins de désagréments possible au patient. Par exemple, l'irradiation de type "split-course", permet de récupérer entre 2 séries d'irradiations.

La radiothérapie symptomatique

Son objectif est de soulager un symptôme majeur particulièrement gênant pour le malade. Son efficacité est :

  • Antalgique : L'effet antalgique de l'irradiation est quasiment constant et se manifeste rapidement en quelques jours. Elle est souvent utilisée dans les douleurs des métastases osseuses. La disparition de la douleur apparaît dès les premières séances, après parfois une recrudescence douloureuse due à l'inflammation radio induite.
  • Hémostatique : Dans le cas des hémorragies persistantes que l'on retrouve parfois dans des cancers du rectum, de la vessie, ORL ou gynécologiques, quelques séances de radiothérapie entrainent l'assèchement et l'arrêt du saignement.
  • Décompressive : Dans les cancers avec signes de compression médullaire - qui constituent une urgence, ou radiculaire, la radiothérapie peut être un traitement efficace, à condition de la commencer dés les premiers signes de compression. Elle doit être de courte durée, souvent juste quelques séances afin de limiter l'irradiation vertébrale. De plus, les œdèmes par compression veineuse ou lymphatique sont également bien améliorés par la radiothérapie.


Effets secondaires

Les effets secondaires peuvent être divers et variés suivant la localisation de l'irradiation. Dans tous les cas, on distingue la toxicité aigüe de la toxicité tardive.

  • La toxicité aigüe regroupe les conséquences qui se font ressentir dans les quelques jours après le traitement et jusqu'à 6 mois après. Elle touche surtout les tissus à renouvellement rapide comme la peau, les muqueuses, la moelle osseuse.
  • La toxicité tardive regroupe les effets secondaires qui apparaitront entre 6 mois et 30 ans après la fin de l'irradiation. Elle est irréversible et touche essentiellement les tissus de soutien, avec développement d'une fibrose.


  • Yeux : Opacification du cristallin + risque de nécrose de l'œil
  • ORL :
    - toxicité aigüe: mucite (irritation de la muqueuse), épithélite, agueusie
    - toxicité tardive: xérostomie vers 30 à 40 Gy, nécrose osseuse, hypothyroïdie, risque dentaire
  • Alopécie à 30 Gy, définitive à 40 Gy
  • Œsophage : Œsophagite aigüe à 40 Gy, sténose tardive si plus de 60 Gy
  • Poumons:
    - toxicité aigüe: pneumopathie radique (toux, asthénie, dyspnée, état fébrile)
    - toxicité tardive: insuffisance respiratoire, variable en fonction du volume pulmonaire irradié
  • Cœur:
    - toxicité aigüe: péricardite à partir de 50 Gy
    - toxicité tardive: risque coronariens
  • Intestin :
    - toxicité aigüe: diarrhée, douleurs
    - toxicité tardive: grêle radique si dose supérieure à 45 Gy
  • Organes de reproduction : stérilité définitive ou temporaire possible en fonction de l'âge à partir de 10 à 12 Gy
  • Vessie :
    - toxicité aigüe: pollakiurie, brulure mictionnelle
    - toxicité tardive: fibrose de la vessie à partir de 60 Gy
  • Reins : insuffisance rénale
  • Peau :
    - l'érythème apparaissant dans les deux semaines, suivi d'une desquamation sèche
    - la radiodermite exsudative, formée de phlyctènes pouvant suinter
    - la radionécrose aiguë, ulcération douloureuse
    - toxicité tardive : l'atrophie, les troubles de la pigmentation, télangiectasies, scléroses.


Liens externes