Réponse type : traitement

De Mediwiki - Wiki des ECN medecine
Aller à : navigation, rechercher

Voila une question à laquelle vous ne pourrez jamais échapé ! Je vous conseil de bien la travailler, de recouper les sources et de vous la faire à votre sauce. Mais l'idéal est de bien comprendre l'intéret et la direction que veut donner l'auteur à sa question .

MISE EN CONDITION

En fait le bon conseil pour cette section est de vous imaginer devant votre patient et de vous demander : "Que faire ?", si vous êtes allé en stage tout ira bien... sinon il faut passer par la case par cœur !

  • Urgence ? pronostic fonctionnel ou vital ?

Il faut montrer que vous avez compris la gravité ou non de la situation. C'est surtout sur ce genre de question que peut se faire la différence.

  • Hospitalisation/traitement ambulatoire ?

Il faut dire dans quel type de service vous mettez votre patient : la surveillance n'est pas la même en USIC qu'en cardiologie !

  • Comment on met le patient ?
    • Repos +/- strict au lit
    • Postion demi assise ? (OAP en cardio par exemple)
    • Immobilisation ou mise en décharge d’un membre ? (en cas de douleur, ou de post chir)
    • Contention physique ?... a éviter, ou alors rajouter la petite phrase "en cas d'absolue nécessité, et pour préserver la sécurité du patient)
    • Isolement (infectieux) de contact ? respiratoire ?
    • Pose d'un scope ? et donc monitoring cardio-tensionnel, franchement dans le doute mettez le ! A l'internat vous n'aurez pas l'infirmière pour se plaindre de la charge de travail supplémentaire !... a ne jamais oublier dans un dossier de réa !
    • Oxygénothérapie... adapté à la sat, par exemple 92% chez un BPCO

Je laisse libre cours à votre bon sens pour les autres idées qui m'échappent...

  • Pose d’une voie veineuse périphérique

Il faut toujours dire pourquoi et ce qu'on en attend ! Eviter la phrase bateau : "réequilibration hydroélectrolytique", on a tendance à penser que ça sonne bien mais il est plus judicieux de préciser de quels solutés il s'agit.

    • Réhydratation IV ? (G5% ? SSI ?)
    • Expansion volémique ? (saluté de macromolécule ?)
    • Supplémentation potassique ? peut sauver la vie de votre patient !


TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE

C'est là qu'on traite le symptôme : comme son nom l'indique ! exemple : chez un grand cirrhotique insuffisant hépatique, le traitement symptomatique d'une ascite c'est la ponction évacuatrice, le traitement étiologique c'est la levée de l'hypertension portale.

  • Douleur : antalgiques (en précisant toujours la classe OMS), antipyrétiques...
  • Anxiété : anxiolytiques...
  • Vomissements: antiémétiques, mise à jeun, sonde nasogastrique...
  • Convulsions...


TRAITEMENT ETIOLOGIQUE

C'est le traitement spécifique à la pathologie. Lorsqu'il y a plusieurs pathologies intriquées, je vous conseille de les traiter une par une pour être sûr de ne rien oublier : c'est ici qu'on se méfie le plus des CONTRE INDICATIONS !!!

  • Annoncer le principe du traitement et les mesures associées
    • traitement médical ? chirugical ? Radiologique ?
    • DCI du médicament, le nom commercial n'est pas côté, voie d’administration, durée du traitement, poso (si fait partie des posos par coeur)
    • Antibiothérapie

Il vaut mieux dire sur quel germe on veut être actif et pourquoi on choisit une association plutôt que de balancer la phrase de 10 lignes que tout le monde connaît. La légende qui dit que le mot "synergique" a été côté une année prend tout son sens quand on sait qu'on traite un SARM et qu'on a besoin de l'action synergique de la vanco !!! Par ailleurs, toutes les antibiothérapies ne sont pas bactéricides, méfiez vous !!!

SURVEILLANCE

Inutile de vous dire que vous n'obtiendrez aucun points en disant : "surveillance de l'efficacité et de la tolérance du traitement". Cette phrase magique doit en fait vous servir de moyen mnémotechnique pour ne rien oublier.

  • Efficacité
    • Apyrexie dans un syndrome infectieux ou inflammatoire
    • Négativation des cultures bactério
    • Diurèse en cas de choc ou de pb nephro
    • Regression des symptômes...
  • Tolérance
    • Etat de conscience
    • ECG
    • Fonction hépatique et/ou rénale...

Tout cela est à adapter à la situation : après une GEU on surveille la décroissance des betaHCG, etc...


PREVENTION DES COMPLICATIONS DE DECUBITUS / HOSPITALISATION

  • Prévention du risque thromboembolique
  • Prévention de l’ulcère de stress : protecteur gastrique
  • Prévention des escarres : examen quotidien des zones à risque (sacrée, hanches, talons), mobilisation passive toutes les 3 h, matelas spéciaux à répartition des pressions, ttmt des infections, lutte contre dénutrition, mise au fauteuil dès que possible
  • Infection nosocomiale (pulmonaire et urinaire stt) : hygiène, lavage des mains entre chaque patient, asepsie des gestes, limiter les indications d’intubation et de sondage urinaire ...
  • Nursing : aspiration pharyngée et bronchique pour assurer la liberté des VAS, soins de bouche et des yeux...
  • Kiné : mobilisation, respi ...


MESURES ASSOCIEES

Trop souvent négligées elle font pourtant parfaitement parti du traitement, et peuvent largement faire la différence entre quelqu'un qui ne s'occupe que de la pathologie, et celui qui s'occupe du patient dans sa globalité !

  • Règles hygiéno-diététiques compléments alimentaires ? (cancéro) régime sans sel ? (cardio)
    • Hygiéno-diététique, perte de poids, activité physique régulière, et éducation du patient (diabéto)
    • Arrêt tabac, alcool (valable dans tous les dossiers, proposer une aide au sevrage; voir un psychologue) !
    • Arrêt alcool total et définitif + suivi de l’abstinence
  • Proposer une HAD pour la sortie, mise en relation avec l'assistante sociale du service...

C'est ici qu'on écrit SURVEILLANCE A VIE quand il y a besoin !


MESURES SOCIALES

Alors voila typiques des mesures qui feront mal, si vous les oubliez !

  • DO à la DDASS, vous devez donc connaitre les maladies à déclaration obligatoire
  • Prise en charge à 100% (ALD). Il s'agit d'une affection de longue durée exonérante est une maladie qui nécessite un suivi et des soins prolongés (plus de six mois) et des traitements coûteux ouvrant droit à la prise en charge à 100 %.
  • Arrêt de travail, certificat médical initial descriptif (particulièrement important en cas d'agression), ITT +++
  • Déclaration accident de travail, de maladie professionnelle
  • Pour les cas de psychiatrie, ou de maladie mentale dégénérative : sauvegarde de justice, tutelle, curatelle
  • Allocation Adulte Handicapé (AAH)

Cette dernière catégorie est à blinder ! c'est très à la mode et très payant !

Nos fiches de Synthèse