Arthropathie micro-cristalline

De Mediwiki - Wiki des ECN medecine
Aller à : navigation, rechercher
Dialog-warning.png
Cette page est une ébauche. Elle mérite des améliorations.

Si vous voulez contribuer, cliquez simplement sur l'onglet modifier.
N'hésitez pas à corriger, compléter, modifier !!

Consultez également les autres pages dont le contenu est à réviser.


Goutte

La goutte résulte d’une hyperuricémie chronique supérieure à 420 μmol/l (70 mg/l).

Début au membre inférieur : articulation MTP du gros orteil, cheville, puis genou. Touche le MS après plusieurs années d'évolution. Des manifestations rénales sont possibles : lithiase > colique néphrétique.

Diagnostic de la goutte.

1- Du terrain : - Homme > 30 ans (bon vivant pléthorique ) / femme ménopausée. - ATCD de traitement diurétiques au long cours, transplantés, éthylisme...

2- De l’anamnèse ATCD de goutte, de colique néphrétique, antécédents familiaux... Prise de médicament hyperuricémiant++ Début brutal, type inflammatoire. Localisation au gros orteil. Sensibilité rapide à la colchicine+++ Tophus.

Apparition tardive de lésions radio : arthropathie uratique (géodes ou d’encoches épiphysaires, ostéophytose marginale).

Étiologie de la goutte.

  • Goutte : Hyperuricémie chronique : excès de production d’acide urique et/ou défaut d’élimination rénale
  • La goutte peut-être secondaire à une insuffisance rénale chronique, médicament (diurétique thiazidique, furosémide, ciclosporine, tracolimus...) hémopathie chronique (polyglobulie, leucémies chroniques).


Chondrocalcinose articulaire (CCA)

Sujet agé, prédominance féminine, typiquement genou. Polymorphisme +++ souvent associée avec de l'arthrose très inflammatoire

Cristaux de PPCD = Cristaux pyrophosphate de calcium (bâtonnets à bouts carrés, faiblement biréfringents, résistants à l'uricase et possédant des caractéristiques cristallographiques particulières) conforte le diagnostic.

Asymptomatique, ou manifestations articulaires (arthrite aiguë, polyarthrite subaiguë ou chronique, forme arthrosique, arthropathies destructrices, atteintes rachidiennes : calcifications).

Siège : La chondrocalcinose touche beaucoup plus rarement le gros orteil que la goutte et peut se localiser à la hanche et au rachis. Les genoux et les poignets sont les articulations les plus souvent touchées.

Aspect radiologique : liseré calcifié des fibrocartilages (ménisques, carpe, pubis..)

Terrain: CCA est habituellement primitive. Augmente avec l'age.

Si sujet jeune, recherche devant une CCA :

  • une hémochromatose (coefficient de saturation de la sidérophiline supérieur à 45 %)
  • une hyperparathyroïdie primitive asymptomatique, (dosage de la calcémie + calcémie-PTH totale)
  • hypomagnésémie (syndrome de Gitelman), rare++

Rhumatisme apatitique (Hydroxyapatite)

Dépôts de cristaux d’apatite, dans des structures périarticulaires : tendons et bourses séreuses.

  • Femme 40 ans IR, dialyse, diabete,
  • Typiquement epaule
  • Silencieuse : tendon sus epineux douloureuse : tendinobursite de l'epaule conflit tendineux

Traitement d'une arthropathie micro-cristalline

  1. Mise au repos de l’articulation (orthèse...)
  2. Glaçage de la zone articulaire (accélération de la guérison)
  3. Colchicine ou AINS
  4. Education du malade et les mesures diététiques (perte de poids, diminution des viandes... arrêt de l'alcool...) +++
  5. Médicaments hypouricémiants (allopurinol) non systématique.

Points clés du collège des enseignants : COFER [1]

  1. Devant une arthropathie aiguë microcristalline, le diagnostic étiologique est orienté par le terrain.
  2. La goutte résulte d’une hyperuricémie chronique supérieure à 420 μmol/l.
  3. Le diagnostic d’arthropathie microcristalline repose principalement sur la présence de microcristaux dans un liquide articulaire.
  4. Devant une arthropathie aiguë microcristalline, le diagnostic de chondrocalcinose articulaire repose sur la présence de microcristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté dans une articulation et sur l’existence de calcifications articulaires radiographiques caractéristiques.
  5. Une hyperuricémie isolée, de même qu’un premier accès goutteux, ne justifient pas la mise en route d’un traitement hypouricémiant.
  6. Le traitement hypouricémiant de référence est l’allopurinol ; il doit systématiquement être associé à la colchicine ou à un AINS en début de traitement.



Généralités en rhumatologie :

  • Toujours spécifier : horaire inflammatoire/mécanique
  • Examen bilatéral et comparatif
  • Ponction si épanchement + analyse bioch, bacterio, cyto et anapath du liquide !!!
  • Toutes nos fiches / nos fiches de rhumatologie