Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

De Mediwiki - Wiki des ECN medecine
(Redirigé depuis AINS)
Aller à : navigation, rechercher
Dialog-warning.png
Cette page est une ébauche. Elle mérite des améliorations.

Si vous voulez contribuer, cliquez simplement sur l'onglet modifier.
N'hésitez pas à corriger, compléter, modifier !!

Consultez également les autres pages dont le contenu est à réviser.

Propriétés des AINS

  • Action antypyrétique
  • Action d'anti-agrégant plaquettaire (inhib sélectif cox1 = Aspirine)
  • Action antalgique :
    - Action antalgique aiguë : douleurs dentaires, post-opératoires, post-traumatiques, céphalées ou migraines, coliques néphrétiques, pathologie ORL.
    - Action antalgique chronique : affections rhumatologiques dégénératives, douleurs néoplasiques – où ils forment avec le paracétamol le premier palier de la stratégie thérapeutique préconisée par l’OMS.
  • Action anti-inflammatoire : la composante vasculaire requiert généralement des posologies d’AINS plus élevées que celles nécessaires dans les autres variétés de douleur ou dans la fièvre.

Mode d'administration des AINS

  • Voie générale
  • Voie orale : c’est la mieux adaptée aux traitements prolongés.
    La prise du médicament pendant le repas ralentit sa vitesse d’absorption, mais améliore parfois la tolérance fonctionnelle digestive ;
  • Voie rectale : les suppositoires sont résorbés plus irrégulièrement que les formes orales ;
  • Voie intramusculaire : cette voie est surtout intéressante quand l’administration orale est impossible, dans un contexte d’urgence, vu sa rapidité d’action (colique néphrétique...) ;
  • Voie IV : douleurs post-opératoires ou traitement des coliques néphrétiques ;
  • Voie locale : gels, pommades sur entorses bénignes...

Complications des AINS

  • Digestives (risque moindre avec anti cox2 = coxibs) : manifestations fonctionnelles (dyspepsie, gastralgies, nausées), ulcères gastroduodénaux découverts lors d’examens endoscopiques : plus fréquents avec les AINS classiques qu’avec les coxibs, mais asymptomatiques dans la moitié des cas ; ulcère symptomatique, simple ou compliqué (hémorragie digestive, perforation), de survenue parfois précoce ;
  • Réactions cutanéo-muqueuses : réaction allergique, bronchospasme, syndrome de Widal...
  • Rénales : précoces, dose-dépendantes et consécutives à l’inhibition des Cox rénales :
    - Rétention hydro-sodée HTA, OMI, cardiopathie ;
    - Insuffisance rénale aiguë, favorisée par déshydratation, ARA2 ou IEC.
  • Vasculaires : tous les AINS semblent susceptibles de favoriser les accidents thrombotiques par le biais d’une HTA ;
  • Gynéco obstétriques : action tocolytique et fermeture prématurée du canal artériel.

Indications et surveillance des AINS

Évaluation du terrain, de la fonction rénale, de la fonction hépatique, du risque ulcérogène.
A éviter chez la personne âgée sauf si aucune alternative possible, dose minimale possible pour une durée minimale et information du malade.